Qui sommes nous ?

English version


L’Association de Prévention des Incendies de Forêt du Var, APIFOVAR, est officiellement née le 4 Décembre 2006. Elle est régie par la loi du 1er Juillet 1901 et le décret du 16 Aout 1901.


La décision de créer cette association fut prise par ses membres fondateurs suite a la déclaration du Préfet du Var, en poste à cette époque, de mettre en place un PPRIF, Plan de Prévention des Risques d’Incendies de Forêt, au Plan de la Tour et la publication de la première carte d’aléas (zones rouge).
L’apparition de ces zones rouge eut pour conséquence la non-concrétisation de plusieurs ventes de propriétés.


Lors de leur première assemblée constitutive du 30 Octobre 2006, les membres de l’APIFOVAR approuvèrent le texte suivant :
L’association demande le retrait de la procédure du P.P.R.I.F. sur ses bases actuelles.
Elle propose son remplacement, dans le cadre d'une politique souhaitable de prévention des risques, par un ensemble de règles claires, explicites, publiées, portant sur la couverture végétale et le débroussaillement, ainsi que dans des cas particuliers, d'équipement en matériel de protection contre l'incendie.
Elle demande que leur mise en œuvre, confiée aux communes, soit progressive, fermement conduite et justement sanctionnée en cas de manquement.
Afin d'accroître l'efficacité du dispositif, elle souhaite que les règles d'urbanisme permettent de compléter le tissu de protection de l'environnement par des autorisations de construire adaptées.
Elle appelle tous les habitants qui partagent ces opinions à la rejoindre.
Elle demande à tous les élus d'intervenir fermement afin que la nécessaire protection contre l'incendie soit reprise sur de nouvelles bases.


Lors de la réunion du 22 Octobre 2009, l’APIFOVAR clarifia encore ses positions :
1. L'APIFOVAR souhaite des mesures de prévention du risque des incendies de forêt du Var.
2. L'APIFOVAR souhaite une analyse juste du lien entre risque et présence humaine.
3. L'APIFOVAR refuse une démonstration du risque incertaine.
4. L'APIFOVAR rappelle la disproportion d'un programme d'investissement implicite gigantesque.
5. L'APIFOVAR refuse le classement en rouge des habitations existantes.
6. L'APIFOVAR relève une application fallacieuse du principe de précaution.
7. L'APIFOVAR regrette une absence flagrante d'information et de participation.


Et conclut de la façon suivante :
Le concours de la population, un engagement efficace des communes au plus près des risques du terrain, une politique de sanctions proportionnées en cas de manquement et de menace grave et sérieuse pour les personnes ou les biens, a montré son efficacité dans la lutte contre les incendies de forêts.
Mettre en œuvre des sanctions totalement disproportionnées, sans lien direct avec aucune infraction à la réglementation et par là incompréhensibles pour les administrés, ne peut que provoquer l'abandon des efforts individuels pourtant indispensables.
Il y a détournement de pouvoir si la lutte contre l'incendie est le prétexte pour imposer de nouvelles règles en matière d'urbanisme. L'efficacité de la lutte ne peut qu'en être diminuée, aux dépens de la sécurité des habitants.
Les moyens juridiques et techniques de lutte contre les incendies doivent être adaptés à l'environnement et au mode d'habitat traditionnel. Mettre en œuvre une priorité inverse ne peut qu'accentuer la gravité des feux, en saccageant l'environnement.


Nous sommes en 2012 et les autorités restent sourdes à nos messages. Invoquant l’urgence, notre Préfet actuel a publié le 27 Décembre 2011 un décret imposant la mise en place du PPRIF au Plan de la Tour.
L’APIFOVAR a donc pris la décision de présenter un recours contentieux dans le but de faire annuler le décret. Ce recours doit être déposé avant la fin de Juin 2012. C’est pourquoi nous sollicitons urgemment votre support.


Télécharger
le règlement intérieur de l'association




About us

Version française


The Association de Prévention des Incendies de Forêt du Var, APIFOVAR, was officially born December 4, 2006. It is governed by the law of 1 July 1901 and the Decree of 16 August 1901.


The decision to establish this association was made by its founding members as a result of the Var Préfet stating his intention to set up a PPRIF, Plan de Prévention des Risques d’Incendies de Forêt, in Plan de la Tour and the associated publication of the first “carte d’aléas” (red zones).
The appearance of these red zones caused several property sales to fall through.


At their first organizational meeting of October 30, 2006, the APIFOVAR members approved the following statement :
The association asks for the withdrawal of the PPRIF procedure as it stands now.
It proposes that it is replaced, as part of a desirable policy of risk prevention, by a clear set of rules, explicit and published, concerning the clearing of land as well as, and in special cases, the purchase of specific equipments to protect people and properties against forest fires.
It asks for the implementation of these rules entrusted to the municipalities to be progressive, firmly executed and fairly sanctioned when not acted upon by property owners.
To increase the effectiveness of the process, it wishes for urban planning regulations that support the protection of the environment by the deliverance of building permits consistent with the above.
It calls on all people who share those views to join the association.
It asks all elected officials to take firm action to ensure that the necessary protection against fire is resumed on a new basis.


At the meeting of October 22, 2009, the APIFOVAR further articulated its positions :
1. The APIFOVAR wants a set of measures to prevent the risk of forest fires in the Var.
2. The APIFOVAR wants a fair analysis of the relationship between risk and human presence.
3. The APIFOVAR refuses a demonstration of risk not sufficiently founded on facts.
4. The APIFOVAR points out the disproportion of the huge investment program implied by the PPRIF.
5. The APIFOVAR refuses the classification of existing homes in red zones.
6. The APIFOVAR denounces a fallacious application of the precautionary principle.
7. The APIFOVAR regrets a glaring lack of information and participation.


And concluded as follows :
The participation of the population, the effective engagement of the municipalities facing the risks , a policy of proportionate sanctions in case of breaches of regulations, or grave and serious threat to people or property, have shown their effectiveness in the fight against forest fires.
To implement sanctions totally disproportionate, not directly related to any breach of regulations and therefore incomprehensible to the people concerned, can only push these same people to abandon their individual efforts which are essential.
There is a flagrant misuse of power if the fight against forest fires is the pretext to impose new rules on urban planning. As a result the effectiveness of the fight will only be reduced, at the expense of the safety of residents.
The legal and technical means to fight against forest fires must be adapted to the environment and to the traditional habitat. To turn priorities around can only increase the severity of forest fires, destroying the environment.


It is now 2012 and authorities remain deaf to our messages. Invoking urgency, our current Préfet issued on December 27, 2011 a decree dictating the implementation of the PPRIF in Plan de la Tour.
Therefore the APIFOVAR has made the decision to appeal in court. This appeal must be submitted before the end of June 2012. That is why we urgently solicit your support.